Entretien : et si le savoir-être faisait la différence ?

Ce n’est pas une nouveauté en soit dans le domaine du recrutement mais le savoir-être des candidats semble être de plus en plus déterminant dans la décision finale des recruteurs. Mais alors, sur quoi se basent les professionnels du recrutement pour trouver la perle rare et comment faire du savoir-être son point fort en entretien ?

Les critères de prédilection des recruteurs en 2018

Lorsqu’ils reçoivent des collaborateurs potentiels en entretien, il semble que les recruteurs s’attardent plus sur certains éléments que sur d’autres.

D’après une étude réalisée en 2017 auprès d’un échantillon de 324 entreprises ayant recruté au cours des 12 mois précédents, voici les critères les plus importants pour choisir un candidat :

 

savoir être en entretien

 

En première position on retrouve donc le savoir-être et la personnalité du candidat, primordial pour 82% des recruteurs. Viennent ensuite l’expérience et le parcours suivi par le candidat au cours des dernières années (78%) ainsi que la motivation communiquée autour du poste et de l’entreprise (66%). Les diplômes, la lettre de motivation et l’e-réputation du candidat sont finalement peu pris en compte dans le monde du recrutement actuel.

Savoir-être, savoir-faire et savoir : le trio gagnant

Tandis que la lecture du CV d’un candidat permettra au recruteur de se faire une idée de son savoir (à travers son parcours et son choix de formation) et de son savoir-faire (grâce à l’expérience qu’il a pu acquérir au sein d’entreprises variées), il ne pourra réellement découvrir son savoir-être qu’à leur première rencontre.

Mais alors qu’entend-on par savoir-être ? Certains parlent de « savoir-faire relationnel » ou de « savoir comportemental ». Plus simplement, il s’agit en fait du comportement et de l’attitude qu’adopte une personne dans une situation donnée. Dans un contexte professionnel tel qu’un recrutement on observera donc la personnalité et les réactions du candidat pour voir s’il sera en capacité de s’intégrer et de réaliser ses missions en interagissant comme il se doit avec ses collègues, ses supérieurs et ses clients.

Le savoir-être, le savoir et le savoir-faire forment un trio indissociable aux yeux des recruteurs. Au même titre que ses compétences, le savoir-être du candidat influera directement dans son travail quotidien, de par la manière dont il interviendra et gèrera ses tâches au sein de l’entreprise. Ces 3 formes de savoir ne sont donc pas en opposition mais s’organisent comme un tout et s’influencent les uns les autres pour permettre à chaque individu de faire ressortir le meilleur de lui-même.

Alors quels sont les comportements à encourager et ceux à bannir ?

Face à deux CV équivalents, le recruteur sera amené à départager les candidats et le savoir-être pourrait bien être la clé de son dilemme…

Pour vous aider à préparer votre prochain entretien d’embauche et ne pas voir le CDI idéal vous passer sous le nez, voici quelques conseils :

 

Savoir-être : les bons comportements en entretien

Être ponctuel : cela peut paraître logique mais ne pas être en retard à un rendez-vous professionnel est une excellente façon de commencer un entretien sans tension et de façon plus sereine. On conseille généralement d’arriver entre 5 et 10 minutes avant l’heure du rendez-vous.

Être poli avec tout le monde : sans que vous en vous rendiez compte vous serez sûrement observé dès l’instant même où vous entrerez dans les locaux. Saluez donc poliment les personnes que vous croisez. En effet, il n’est pas rare que les recruteurs demandent un retour extérieur après votre entretien. La secrétaire ou le collègue qui vous aura aperçu plus tôt pourra alors intervenir en votre faveur ou non.

Être de bonne humeur : pour la plupart des gens, un entretien d’embauche est un moment stressant ce qui peut nuire par exemple à votre communication non verbale. Essayez de vous détendre autant que vous le pouvez et d’afficher un sourire et une bonne humeur naturels. Cela permettra d’établir un dialogue constructif avec le recruteur.

Montrer son intérêt : pour vous préparer à l’entretien vous avez bien entendu fait quelques recherches sur l’entreprise et son secteur d’activité. Cependant, le recruteur appréciera à répondre à quelques-unes de vos questions ou demandes de précisions. Cette curiosité montrera ainsi votre intérêt et votre façon de vous projeter dans le poste.

 

Savoir-être : les comportements à bannir en entretien

 

Avoir un regard fuyant : d’une part ce n’est jamais agréable dans une conversation lorsque son interlocuteur ne nous regarde pas dans les yeux. D’autre part on pensera peut-être que vous n’êtes pas à l’aise ou que vous avez quelque chose à cacher… Un frein probable pour la suite du recrutement.

Montrer un excès de confiance : dès le début de la rencontre vous avez voulu prendre le dessus avec une poignée de main un peu trop écrasante et vous faites part de vos expériences en vantant au maximum vos mérites. Attention, il s’agit en effet de montrer l’étendu de vos compétences mais sachez quand même faire preuve d’humilité.

Croiser les bras : ce n’est pas un signe d’impolitesse en soi mais cela peut indiquer à votre interlocuteur un signe de fermeture et de défensive. Il vaut donc mieux rester les bras sur les accoudoirs afin de ne pas envoyer de mauvais signaux.

Manquer d’honnêteté : le recruteur va vous laisser vous présenter mais il aura tout de même quelques questions pour éclaircir certaines zones d’ombre dans votre CV. Habitué à rencontrer des candidats, le recruteur se rendra vite compte si vous n’êtes pas complétement honnête avec lui ou si vous essayez de lui cacher des informations. Jouez cartes sur table, cela vous desservira toujours moins qu’un mensonge.

 

Vous l’aurez donc compris, certains comportements sont bons à condition de ne pas tomber dans l’excès. L’important est donc de vous préparer en amont mais de pouvoir rester naturel le jour J afin que le recruteur puisse se rendre compte de votre personnalité.